Toy Story 3, préparez vos mouchoirs

Andy a grandi. Il se prépare à entrer à l’Université. Ses jouets, eux, n’ont pas pris une ride. Ils doivent s’inventer une nouvelle vie sans Andy. Vont-ils finir dans un sac poubelle au milieu des ordures ménagères ? Vont-ils prendre la poussière dans un grenier ? Ou vont-ils être maltraités par les enfants turbulents d’une garderie ? 

Dans le troisième (et dernier) volet de la sage « Toy Story », que j’ai eu la chance de voir aujourd’hui à Disneyland Paris, lors d’une projection destinée à la presse, c’est le sentiment de nostalgie qui prévaut. Comme si l’enfance, pour les auteurs du dessin animé, était un paradis perdu dont on ne sort qu’à reculons . En témoigne cette séquence bouleversante où tous les personnages clés, Woody, Buzz l’Eclair,  Jessie et les autres, se donnent la main, persuadés qu’ils vont finir carbonisés dans une décharge municipale. N’est-ce pas justement cette prise de conscience de notre condition des mortels qui nous sort brutalement d’une certaine forme d’innocence ?

Malgré les gags (Buzz toujours aussi désopilant), malgré l’action (dont la 3 D contribue à renforcer les effets spectaculaires), on sort de ce film chamboulé, en se demandant si l’âge adulte n’est pas, au fond, une punition. Et si c’était vrai ?

Cette fois, Woody nous file le bourdon...

Publicités

One year ago, Michael…

 

Il y a un an, la planète pleurait Michael, disparu dans des conditions tragiques, à la veille d’un retour sur scène à Londres qui s’annonçait triomphal. Paradoxalement, sa mort fut une sorte de résurrection pour celui que les médias avaient lynché.Depuis, la légende a pris le pas sur les frasques inventées par les tabloïds.

Longtemps, on gardera en mémoire l’image de Paris, sa fille, en larmes, lâchant entre deux sanglots qu’elle avait perdu « le meilleur papa du monde ». C’était lors de l’hommage rendu au Staples Center de Los Angeles. Ce soir-là, je commentais la cérémonie pour la chaîne d’information BFM TV. Trois heures d’antenne que je n’oublierai jamais. 

Toute la journée, BFM TV diffuse de petits reportages sur le King of Pop – je devrais faire quelques apparitions furtives. J’imagine que les fans seront au rendez-vous…

miss you, Mike...

 


Zazie a embauché William Réjault

Le blogueur a tapé dans l'oeil de Zazie. Eh oui, William a un sacré réseau !

 

Pour accompagner la sortie, à la rentrée, de son prochain album (un projet artistique ambitieux avec 49 chansons au total !), Zazie s’est alloué les services de William Réjault, un blogueur au talent fou qui poste chaque jour ses vidéos et ses impressions. C’est anecdotique, drôle, lumineux, décalé. Et ça donne le sentiment que Zazie est une chanteuse accessible et généreuse. En attendant de voir le clip de son prochain single, « Avant l’amour », je vous propose de l’écouter sans modération…

www.zazie7.com

La France n’a plus l’esprit d’équipe

Zidane l’a dit, il restera de ce Mondial 2010 l’image des Bleus refusant de s’entraîner et quittant le terrain par solidarité vis-à-vis de l’expulsion de Nicolas Anelka. Au-delà de la polémique (fallait-il révéler à la presse une altercation qui s’est produite dans le lieu clos d’un vestiaire ?), c’est un peu de notre République qui souffre aujourd’hui. La victoire des égoïsmes sacrés de joueurs gâtés comme des enfants sur l’esprit de fraternité qui doit mobiliser une équipe dans une compétition de ce genre. Un scandale qu’on n’aurait pas imaginé il y a seulement quelques années. Et pourtant, lorsqu’un chef d’Etat envoie du « casse-toi pauvre con » à un importun qui l’insulte, peut-on espérer qu’un joueur réputé pour ses coups de gueule utilise un langage chatié lorsqu’il s’adresse à un entraîneur que tout un pays conspue ? Il est temps de redonner un sens à l’un des trois piliers qui fondent notre République : le fraternité.

Le « mentaliste » français s’appelle Eric Perrot

 

Un physique de chef d'entreprise pour une approche moderne de la voyance.

 

Il déteste le terme de « medium ». Il préfère celui de « clairvoyant ». Depuis l’enfance, Eric Perrot a des flashes. Il peut décrire votre passé, votre présent, et même vous projeter dans le futur. Mais il fait mieux que ça encore : il aide les gendarmes à élucider des énigmes. En Belgique, il a déjà permis à plusieurs enquêtes d’aboutir. Dans un livre passionnant, « Profession clairvoyant » (Jean-Claude Lattès), il raconte son parcours et, surtout, démontre que la perception extra-sensorielle n’est pas un phénomène surnaturel : c’est une réalité que les scientifiques sont en train de prendre en compte.

Un livre atypique, qui retrace le parcours et explique la démarche de son auteur.

 

www.ericperrot.com

19/06/2010 – Gaga killed Madonna

 

Lady Gaga est-elle ce qui pouvait arriver de pire à Madonna ?

 

Interrogée dans « Sept à Huit » sur TF1 il y a quelques semaines, Lady Gaga avait rendu un vibrant hommage à Madonna, évoquant son rôle déterminant en faveur de la cause féministe, et estimant qu’elle était « irremplaçable ». Etait-ce une façon d’avouer qu’elle avait retenu la leçon ? Le montage réalisé par un internaute montre tout ce que la nouvelle idole doit à son illustre aînée, que ce soit à propos de ses looks, de ses chorégraphies ou même de ses provocations. Edifiant, non ?

15/06/2010 – Préface pour une bio de France Gall

Il y a quelques années, j’avais co-écrit, avec Philippe Séguy, une biographie de France Gall et Michel Berger. Depuis, il y a eu l’excellent ouvrage de Grégoire Collard, qui a longtemps travaillé pour ce couple hors-pair. Et puis, dans quelques mois, paraîtra un autre livre, signé Alain Wodrascka, qui a signé plusieurs biographies d’artistes. Alain m’a demandé de rédiger une préface. Alors je vais réécouter un peu France Gall. Notamment ce tube de 1988 qui donne la pêche, « Elle elle l’a », écrit en hommage à Ella Fidzgerald…