2012 : pour FOG, ce sera Hollande !

FOG n'est pas du genre à trop s'engager dans les pronostics. Mais, à force d'insister, il a fini par me répondre. Pour autant, il estime que Sarkozy n'a pas encore perdu...

Pour FOG, interviewé dans Voici cette semaine, celui qui a le plus de chances de l’emporter en 2012, c’est François Hollande. L’entretien a été bouclé avant qu’on apprenne les démêlés juridiques de DSK, arrêté suite à ce qui ressemble à une agression sexuelle dans un Sofitel de New York. Démêlés qui pourraient, selon certains, contrarier son destin présidentiel.

François Hollande en tirera-t-il les bénéfices ? Probablement. Mais Martine Aubry pourrait alors faire son entrée dans la campagne des primaires…

Publicités

Eric Besson va se marier… à Rome

 

Reporté à cause des internautes qui menaçaient de gâcher la fête, le mariage du ministre de l'Immigration pourrait bien être célébré à l'étranger.

 

Changement de programme ! Eric Besson et Yasmine, sa jeune compagne de 23 ans, devaient initialement se marier le 16 septembre à la mairie du 7ème arrondissement. Tout était prévu : discours prononcé par Rachida Dati, invitations select lancées à quelques amis people, et même une grande fête dans l’hôtel particulier parisien de Tarak Ben, Amar, producteur de cinéma et grand-oncle de la future mariée.  

Un buzz orchestré par un collectif d’internautes prêts à tout pour gâcher la noce a modifié les plans du ministre, qui ne voulait pas mobiliser un énorme service d’ordre pour évacuer les quelques centaines de pique-assiettes qui avaient décidé de s’inviter sans carton d’invitation.

Alors qu’il travaille sur le dossier des roms, en étroite collaboration avec l’Etat roumain, c’est à Rome, sur l’invitation du maire local, que le ministre devrait se marier civilement. Mais la date n’a pas été officialisée. Cette fois, Eric Besson semble vouloir éviter toute fuite. Ce qui est sûr, c’est que le nombre des invités pourrait être réduit au strict minimum. A moins que les internautes ne fassent le voyage jusqu’à Rome…

Martine et Ségolène n’ont pas enterré la hâche de guerre

 

En public, elles jouent la détente. Mais en coulisses, la guerre continue...

 

A La Rochelle, où se déroulent les Universités d’été du PS, elles jouent l’apaisement. A Ségolène le discours d’ouverture, à Martine le discours de clôture. Mais en coulisses, même si elles prétendent être en relation constante, même si elles ne parlent que d’union, ce n’est pas exactement la même chanson.

Forte d’un sondage qui la donne gagnante au second tour de la présidentielle de 2012 face à Nicolas Sarkozy (avec 53 % des voix), Martine Aubry se sent pousser des ailes – surtout si, comme le croit une grande partie de la classe politique, Dominique Strauss-Kahn n’a aucune intention d’abîmer son image de patron du FMI en descendant dans l’arène des primaires.

Quant à Ségolène, très acclamée sur ses terres (elle a été réélue triomphalement présidente de la région), elle n’a pas renoncé à son destin national. Si elle a quelque peu dévissé dans les sondages, les faits semblent donner raison à la thématique de « l’ordre juste » qu’elle avait martelée durant la campagne de 2007. Il ne lui est donc pas interdit de croire que sa cote de popularité va remonter. Ce qui ne sera possible qu’à deux conditions: qu’elle se montre l’adversaire la plus pugnace de Nicolas Sarkozy et qu’elle apparaisse comme une championne de l’union à gauche. D’où ses multiples appels au rassemblement…

Pourtant, le soir même, toutes deux se disputaient les faveurs des journaux télévisés : Martine squattait celui de TF1, et Ségolène répondait aux questions de Marie Drucker sur France 2. Une manière de se partager l’espace médiatique ou de tirer la couverture à soi  ?