« City Of Love », un clip magistral

D’aucuns la jugeaient à bout de souffle, peu inspirée, vouée à se répéter sans prendre le risque d’écorner son mythe… Avec Interstellaires, Mylène nous apporte la démonstration du contraire. En plus d’un renouveau musical qui nous fait songer au choc Anamorphosée, elle nous offre un album-concept autour du voyage spatial qui, par sa cohérence, nous rappelle Innamoramento.

Mais avec le clip de City Of Love, la star démontre aussi qu’elle n’a rien perdu de sa créativité visuelle. Elle nous avait déjà intrigués avec la vidéo d’A l’ombre, où elle devenait une sculpture vivante que n’aurait pas reniée Francis Bacon. Le court-métrage signé Pascal Laugier va encore plus loin : en se grimant en créature hideuse tombée du ciel, la chanteuse parvient à nous toucher et nous transmettre ce sentiment de différence qui est l’essence même de son tempérament artistique. Oui, être un(e) artist(e), c’est se sentir différent(e).

Pas besoin d’avoir l’apparence de la beauté pour se lancer dans une quête éperdue d’amour. Dans ce clip, Mylène prend le contrepied de ce qu’on attend d’elle : être une icône glamour, notre french queen of pop. En devenant ce monstre blessé, elle retrouve le souffle primal de son inspiration. Ces regards intrigués que porte sur les représentations du couple amoureux le personnage qu’elle incarne sont d’une vérité bouleversante – il y a longtemps que Mylène n’avait pas été aussi convaincante en tant qu’actrice. Il fallait oser, également, l’étreinte finale entre cet oiseau aux ailes brisées et un mannequin articulé.

Après Stolen Car, formaté pour l’international, Mylène montre qu’elle n’a rien perdu de son audace artistique, inscrivant le clip de City Of Love au sommet de sa clipographie mythique.

Publicités

« STOLEN CAR » : UN CLIP FORMATÉ POUR L’INTERNATIONAL

Si le clip de Stolen Car a dérouté certains fans lorsqu’il a été dévoilé, c’est sans doute d’abord parce que Mylène y est moins présente que d’ordinaire. Sting est le vrai héros de cette vidéo : il y joue interprète deux rôles, ce qui limite les apparitions de la chanteuse. Cet état de fait, bien sûr, est lié au thème du clip : un homme s’invente une autre existence, celle d’un homme marié et père de famille qui retrouve sa maitresse en secret, en empruntant la voiture d’un homme riche. Mylène incarne alors la tentation, le piment charnel qui érotise sa routine, mais elle est aussi la voix de la conscience du personnage masculin.

Certains fans ont également déploré certaines séquences « déjà vues » dans les clips de California ou QI. Mais il faut savoir que, dans le cas de l’album Interstellaires, l’enjeu est de faire connaître Mylène à un public international. Rien d’étonnant, donc, à ce que la star libertine ait choisi de « rejouer » certaines scènes marquantes de sa vidéographie. Dans ce clip, c’est Sting, star internationale reconnue, qui présente Mylène au public. Et il faut avouer que, si l’ex-leader de Police joue ses rôles à la perfection, la chanteuse française irradie de beauté dans ces images – elle a même accepté d’être filmée sous son profil droit.

Certes, pour ceux qui suivent la carrière de Mylène, ce clip est moins dérangeant que d’autres. Toutefois, aux yeux du public américain, plus prude que le public français, il faut savoir que les scènes érotiques sont limite torrides. Les images d’un Paris touristique et romantique, de Notre Dame aux quais de Seine, en passant par le Royal Monceau, palace typique de la capitale, sont partie prenante ce la stratégie de toucher un public international.

Bruno Aveillan a parfaitement maîtrisé l’enjeu de ce clip. Il a filmé filmé avec efficacité et élégance cette histoire de voiture volée qui devient un véhicule pour l’imagination. Quant à Mylène, elle a décidé de s’inventer une autre vie, à une autre échelle, de voir encore plus grand. Avec la complicité de son ami Sting. Une prise de risque qui devrait s’avérer payante.

Clip de STOLEN CAR : silence, ça tourne…

C'est une Mylène sublime et sexy qui a rejoint Sting sur le tournage de "Stolen Car", leur duo événement...

C’est une Mylène sublime et sexy qui a rejoint Sting sur le tournage de « Stolen Car », leur duo événement…

Tourné en deux jours en plein Paris, les 1er et 2 septembre 2015, le clip de Stolen Car, le duo événement réunissant Mylène et Sting, alimente déjà tous les fantasmes sur les réseaux sociaux. Pas facile, en effet, de maintenir le secret habituellement de rigueur dans l’entourage farmerien quand une partie de l’avenue Hoche a été spécialement bouclée pour les besoins du tournage…

Que sait-on exactement de l’histoire ? Qu’elle se déroule autour du Royal Monceau, un palace de la capitale, dans une ambiance chic et nocturne, avec pour troisième protagoniste la fameuse « voiture » évoquée dans la chanson. Sting a rejoint le tournage dès le démarrage et il semble qu’une séquence réunissant la Française et l’Anglais ait été mise en boîte dans une galerie d’art du quartier. De nombreuses images ont également filtré d’un baiser passionné entre une Mylène sublime, moulée dans une robe noire, chignon sculpté par John Nollet, et un Sting élégantissime portant costume et cravate, séquence tournée sur les quais de Seine à la tombée de la nuit. On a aussi pu constater que la rousse, déplâtrée, a toujours besoin de ses cannes anglaises pour se déplacer – rééducation oblige.

Certains évoquent déjà un clip proche de California pour l’atmosphère. Toutefois, impossible d’imaginer le résultat final, même au vu des photos prises par des passants, d’autant que le réalisateur, Bruno Aveillan, est un spécialiste du traitement des images qui utilise un matériel de pointe pour créer des univers nimbés de mystère.

Voilà pourquoi, également, il faudra sans doute attendre deux ou trois semaines avant que la vidéo ne soit finalisée et diffusée. Mais étant donné l’enjeu commercial de l’opération (le dixième album de Mylène va être disponible aux Etats-Unis), le résultat promet d’être à la hauteur de nos attentes…

« Diabolique mon ange » : un clip diablement puissant

Un très joli montage qui fait scintiller dans notre mémoire les fragments d'un show qu'on n'oubliera pas de sitôt.

Un très joli montage qui fait scintiller dans notre mémoire les fragments d’un show qu’on n’oubliera pas de sitôt.

6’57 de pur bonheur ! C’est l’exploit accompli par François Hanss qui nous offre un clip sublime sur Diabolique mon ange, l’un des temps forts de la tournée Timeless 2013. On imagine les dizaines d’heures de travail pour aboutir à ce résultat digne d’un orfèvre : des plans ultra courts, issus de très nombreux tableaux du concert, qui s’imbriquent à la manière d’un puzzle pour nous restituer l’atmosphère rock et planante de ce titre, jusqu’à l’explosion finale des guitares électriques.

Un clip live qui fera date dans le répertoire farmerien, où l’on retrouve une Mylène émouvante en diable. Une transition habile, aussi, vers ce qui nous attend : la  collaboration prochaine de la chanteuse avec le groupe Muse et ses retrouvailles, en studio, avec Darius Keeler, du groupe Archive, qui a signé Diabolique mon ange. Qu’on se le dise : le prochain défi de la star sera musical.

En attendant, on ne se lassera pas de voir et revoir cette petite merveille de clip.

Surprise : le clip de « Monkey Me » débarque !

Un clip sombre qui évoque "King Kong" où Mylène est totalement absente. Une animation qui a emandé des mois de travail - ce qui explique vraisemblablement le retard dans la sortie prévue du single. Qu'en pensez-vous ?

Un clip sombre qui évoque « King Kong » où Mylène est totalement absente. Une animation qui a exigé des mois de travail – ce qui explique vraisemblablement le retard dans la sortie prévue du single. Qu’en pensez-vous ?

S’agit-il d’un vrai clip conçu comme tel ou d’une animation destinée au départ  à « habiller » la prestation scénique de Mylène pour Timeless 2013 ? L’esprit de cette video semble accréditer la seconde hypothèse. Même si les images sont hypnotiques, même si le singe conçu par Eric Delmotte et Luc Froehlicher ne manque pas de poésie (c’est un singe plein de sagesse) , ce petit film n’a pas la force d’un clip digne de ce nom.

En outre, l’aspect  sombre et glacé de l’animation contraste avec  la chanson qu’il est censé illustrer, perçue au contraire comme  positive, libératoire, exaltante. L’absence de Mylène me semble un  indice supplémentaire en faveur de cette hypothèse.

Quoi qu’il en soit, il y a peu de chances que cette vidéo fasse date dans la carrière farmerienne – malgré sa beauté indébiable, notamment le moment final où l’animal est par étouffé le végétal. A l’heure où la star triomphe sur scène dans un décor futuriste, ce « clip » paraît même presque hors-sujet.

« Monkey Me » débarque sur les ondes !

Vous avez été très nombreux à participer. Voici le choix de Mylène...

Vous avez été très nombreux à participer. Voici le choix de Mylène…

Le 30 août, après des mois de valse hésitation, le single Monkey Me débarque enfin sur les ondes. Espérons que les radios accueillent avec bienveillance le meilleur titre de l’album. L’occasion de découvrir la pochette, créée par un fan, Richard Vanloot, suite au concours estival organisé par Polydor qui a rencontré un grand succès – un choix logique, somme tout, même s’il décevra inévitablement nombre d’entre vous ; pour ma part, je dois avouer que cette version faisait partie de mes maquettes favorites.

La question qui demeure est : le single aura-t-il droit à un clip ou connaitra-t-il le destin de Sextonik en 2009 ? On ignore encore la réponse, mais le tournage d’une vidéo, à quelques jours du premier Bercy, le 7 septembre (on imagine la tension dans la staff farmerien), semble hautement improbable. A moins que…

Le single « Monkey Me » pourrait sortir avant l’été

Monkey Me sera-t-il le tube de l'été ? C'est tout ce qu'on souhaite à l'un des titres les plus réussis de l'album...

Monkey Me sera-t-il le tube de l’été ? C’est tout ce qu’on souhaite à l’un des titres les plus réussis de l’album…

Troisième extrait prévu de l’album éponyme, Monkey Me pourrait sortir avant l’été. Conscients du potentiel de ce titre fun et électrique, Mylène et Polydor souhaitent en faire un « tube » en prélude à la tournée qui s’annonce pour l’automne. D’où le soin tout particulier accordé au clip accompagnant la chanson. Même si rien n’est encore officiel, on a hâte d’y être…