« Monkey Me » : premières impressions…

Alors qu'elle vient de classer, pour la treizième fois, un single à la 1ère place du Top singles, petite analyse du nouvel opus...

Alors qu’elle vient de classer, pour la treizième fois, un single à la 1ère place du Top singles, petite analyse du nouvel opus…

Du temps, du temps… Il m’a fallu du temps pour dire quelques mots de Monkey Me. Après la parenthèse réussie Bleu Noir, une prise de risque dont Mylène était sortie récompensée (800 000 albums vendus, c’est un exploit), le nouvel album a un goût de retrouvailles.

Il y a une alchimie évidente entre la chanteuse et son compositeur. Les mots de Mylène se posent à merveille sur les accords de Laurent. C’est encore vrai sur cet album calibré pour la scène, qui comporte paradoxalement deux des ballades les plus réussies du duo. Quand est un modèle d’élégance et de légèreté. Avec l’image du « M » brodé sur le pull de l’être aimé et la voix de Mylène qui monte jusqu’à se déchirer, Je te dis tout est une chanson bouleversante – un single au potentiel indéniable.

Parmi les titres up tempo, Monkey Me est la bonne surprise de l’album : un titre rock à la réalisation  soignée (le saxophone et le côté celtique de la dernière partie sont de jolies trouvailles musicales), qui aborde un thème inédit dans le répertoire de Mylène :  la partie simiesque qu’elle a pu partager avec E.T., son signe capucin. J’avoue aussi avoir un faible pour Love Dance (c’est le titre le plus festif musicalement), même si d’aucuns critiqueront les paroles – et pourquoi Mylène n’aurait-elle pas le droit de délirer avec les mots ?

D’une façon générale, l’album est un sans faute jusqu’à la plage 7. Elle a dit aborde, comme dans Eaunanisme, le thème de la différence liée à l’homosexualité féminine.  Mention spéciale pour Tu ne le dis pas, malgré la rime facile entre « monde » et « tombe » et une batterie un peu brutale. Le titre auquel j’adhère le moins ? Ici-bas, dont les arrangements me semblent lourds.

A-t-on jamais est un petit bijou de délicatesse qui rappelle l’atmosphère spirituelle d’Innamoramento. Nuit d’hiver, variation angoissante à souhait sur Chloé, ferait, comme d’autres l’ont dit, une excellente introduction aux concerts de 2013. A force de… est un cri où Mylène, loin de son image neurasthénique, revendique le goût de vivre, thème qu’elle avait abordé dans Moi je veux sur l’album Bleu Noir.   

Si je devais résumer ces premières impressions, je dirais que Monkey Me nous montre le verre à moitié plein (il était à moitié vide dans Bleu Noir). Mylène y fredonne ses éternelles marottes (le goût de vivre en dépit de la peur de mourir : « La vie est belle quand on aime ») avec des textes souvent plus accessibles, moins hermétiques, que précédemment.

Après avoir écouté l’ensemble de l’album, A l’ombre s’impose avec force comme un titre leader, même si Mylène avait déjà évoqué dans d’autres chansons l’oscillation entre l’ombre et la lumière. Evidemment, ce ne sont que de premières impressions qui peuvent changer… avec le temps !

11 commentaires

  1. c’est marrant j’aime beaucoup « ici bas », une de mes préférées de l’album, comme quoi il en faut pour tous les goûts, en fait tout me plait dans cet album, il y a une vrai cohérence et harmonie que d’autres n’avaient pas.

  2. Hélas, Bleu Noir (pas faramineux mais intéressant – les titres d’Archive principalement -) ne fût qu’une parenthèse et Mylène revient à la soupe commerciale. Pendant combien de temps encore devrons-nous subir ces affreux boum-boum et sonorités eurodance 90’s en guise d’accompagnement « musical » ? Pas l’ombre (c’est le cas de le dire) d’un iota de renouvellement, de remise en question (comme lors d’Anamorphosée ou Bleu Noir, donc)… Je crois que… « Mylène s’en fout » de la musique, des clips, des chansons… Il n’y a que la scène, le show et retrouver son public qui la (et nous) fait vibrer désormais (mégalomanie ? besoin affectif – « moi je veux être adoré » dans une chanson de Bleu Noir – ?). Ses disque ne sont plus que des alibis sonores. Triste fin.

  3. Monsieur Royer merci pour cette analyse❤ des mots sur mon ressenti a 100 %

  4. Bon et bien, ça me fait bizarre de dire ça -surtout que j’ai passé les derniers mois à cracher sur Boutonnat et MF, notamment sur votre site monsieur Royer- mais…J’aime beaucoup cet album. Pourtant, Dieu sait à quel point j’étais plus que sceptique à l’annonce du retour de Boutonnat -et de ses claviers ringards- dans la production et la composition de l’album « Monkey me ».
    Le précédent « Point de suture » m’avait fortement déçu et les inédits du dernier best of avaient enterriné mon avis sur Boutonnat qui était devenu pour moi un artiste dépassé. Le single « A l’ombre » (et son cultissime gimmick « pouet-pouet ») confirmait cette tendance et je me disais que l’album à venir allait être un désastre.

    Et bien non. Dès les premières notes, dès les premiers mots chantés par Mylène dans « Elle a dit », je me suis pris une magnifique émotion comme je n’en avais pas eue depuis… depuis quand, déjà ? J’ai retrouvé une voix que j’aime, des paroles que j’aime et surtout une magnifique mélodie entêtante et efficace (ce n’est nullement péjoratif quand je dis « efficace ») qui m’a dressé les poils sur les bras. Comme avant. Ce genre de mélodie qui vous fait dire: « C’est pour ça que j’aime MF et LB !!! ». Et ça m’avait manqué de dire ça ! Je ne pensais pas pouvoir le redire un jour…
    Cette sensation, ce plaisir, je les ai retrouvés dans « Tu ne le dis pas » (où j’ai envie de hurler avec Mylène), ainsi que dans « j’ai essayé de vivre », « Quand », « A-ton jamais », « A force de », le sublime « je te dis tout » et le bijou pop « Monkey me ». Pourtant, a priori, cet album comporte tout ce que je déteste: du boum-boum outrancier et des arrangements de fête forraine. Et pourtant ça passe. Et ça passe encore une fois grâce aux mélodies frissonnantes de Boutonnat et à la voix de Mylène (de plus en plus belle). Ces deux points font que je passe outre la production lourdingue de Boutonnat. La guitare, omniprésente sur l’album, apporte également des respirations bienvenues au milieu de tout ce brouhaha synthétique.

    Dans les faiblesses de l’album, je ne retiens que « Love dance » (Non, mais franchement; même au 10ème degré, je n’y arrive pas !), « Ici bas » (Dorothée, sors de ce corps !) et ma bête noire « à l’ombre » dont je ne comprends vraiment pas son statut de « lead single » alors qu’il est l’une des chansons les plus faibles de l’album. Et il y a fort à parier que « love dance » et « Ici bas » seront, hélas, les prochains singles (Même si j’espère quand-même que « Monkey me », « Tu ne le dis pas », « Elle a dit » ou « Je te dis tout » seront les prochains extraits)

    Enfin bref, avec cet album, j’ai l’impression d’avoir renoué avec Mylène et Boutonnat. Je prends plaisir à écouter cet album. Beaucoup de plaisir, vraiment. Ce n’était pas arrivé depuis « innamoramento ». Alors, objectivement, ce n’est pas un album musicalement extraordinaire; mais subjectivement, qu’est-ce que je l’aime! Au niveau des émotions, je suis comblé.

  5. Cet album me plaît beaucoup également.

    J’ai l’impression que la Mylène 2012 refait un peu appel à la Mylène très sensible d’Ainsi Soit-Je ». Sans doute car on tutoie ici le thème de la rupture amoureuse alors que, paradoxalement, Mylène Farmer n’a jamais été aussi heureuse.

    « Nuit d’Hiver » est un « Chloé » ressuscité en encore plus gore. « Cholé » est un titre que Mylène a enregistré à 25 ans pour « Cendres de lune », son tout premier album. Elle l’a rechanté ici, en 2012, et je ne sais pas trop pourquoi … Pourquoi ce choix … Pourquoi cette chanson ? Encore une vraie interrogation ! Uniquement par motivation scénique ? « Chloé » possède une vraie histoire, celle de cette petite fille qui s’est penché un peu trop au dessus de la rivière, qui est tombé dans l’eau et qui s’est faite emportée par le courant …
    La voix de Mylène n’a pas beaucoup vieilli et désormais, on dirait qu’au lieu de jouer la grande sœur de Cholé, elle est la mère qui sort de sa maison (dans les bois, c’est comme ça que je le vois :-#) car sa petite fille ne rentre pas et elle hurle « Chloéééé ».

    « A l’ombre » me plaît de plus en plus … Quand elle est sortie, elle me paraissait trop ‘facile’. Surtout pour un single de lancement. Le clip aurait du arriver plus tôt, elle aurait pu sortir un clip très Noël pour le sublime « Quand ». Mais bon, c’est elle qui décide …

    « Elle a dit » parle d’homosexualité au féminin et le texte est percutant.😉

    Chaque chanson a quelque chose de plaisant. La vie privée de la femme influe sur la vie professionnelle de la chanteuse car les textes sont aussi simples que pour les trois précédents albums. Les amoureux d’ « Innamoramento » (dont je fais partie) sont un peu déçus mais ce retour est réussi.

  6. Dernières choses après une autre écoute ce matin : en tout cas, c’est un album cohérent et le single « A l’ombre » a plus de force au milieu de tous les autres thèmes du CD, je trouve. Plus de force si on l’écoute en liste avec les 11 autres chansons. Même chose pour « Quand » qui est tout de même sublime toute seule sur son chemin.

  7. Là où il m’avait fallu plusieurs écoutes pour apprécier pleinement le planant, le spleen de Bleu Noir, il ne m’a suffit que d’une écoute complète de Monkey Me pour savoir que j’aimais beaucoup, voir allais adorer cet album. Et ce n’est pas peu dire. L’écoute m’en a donné des frissons. Il y aurait mille choses à dire sur les morceaux, certains textes, certaines références (toujours bien présentes malgré la « simplification » des textes), certains ponts musicaux géniaux ! (Tu ne le dis pas, J’ai essayé de vivre et À force de), certains seconds refrains sans presque aucune musique, la voix très mise en avant (J’ai essayé de vivre et À force de). Oui, vous l’aurez compris ce sont pour moi les 3 gros morceaux de l’album. Mais je suis globalement d’accord avec vous. J’aime même Love dance. Les ballades sont sublimes, elles ne m’avaient pas autant ému depuis Avant que l’ombre… J’ai même pleuré sur la dernière (ce qui me fait un peu peur pour Timeless2013). Etc etc. Ici-Bas finit même par rester en tête et je me surprends à parfois chercher directement cette piste. Bref, un sans faute. Également pour le clip. Seul le visuel me déçoit. Non pas en soi mais quand je vois le travail de certains « fans » sur certains sites, je ne peux m’empêcher de me dire que… (quelqu’un devrait lui dire quelque chose…)

  8. Cette album est juste parfait, et par rapport a  » A l’ombre  » , je dois dire qu’avant je n »accrochait pas trop, mais bizarrement, quand je l’ai écouté dans l’album, je l’ai soudainement adorer, presque comme si sans « l’assistance » des autres chansons, la beauté de cette chanson ne peut pas etre aperçu, un peu comme une pièce d’un puzzle. Difficile de choisir ma chanson favorite, car elle me plaisent toute, mais j’accroche moins sur « tu ne le dis pas » meme si ca reste toujours une tres bonne chanson. Quant aux titres qui m’ont le plus marqué, je dirais d’abord love dance, avec ses sonorités festifs et légères, ainsi que ses « lalala » et ses jeux de mots insensé, c’est mon petit plaisir coupable du repertoire farmer. Quant à « ici-bas » c’est la simplicité des paroles qui me touche le plus, les pensés de mylene sont beaucoups plus accessible et les melodies de bouttonant les mettent encore plus en valeurs.

  9. Bonjour,

    J’ai créé il y a peu mon blog, dont les premières notes concernent directement Mylène Farmer et Monkey Me.
    Si cela vous intéresse d’y jeter un oeil :

    http://sylvievartanwagneretmoi.wordpress.com/2012/12/11/mylene-farmer-le-kiki-de-tous-les-kikis-13/

    Il s’agit des notes en date des 11/12 et 14 décembre.

    Je trouve amusant que cet album recueille une majorité d’avis plus que favorables de la part des « fans ». Mérité, d’ailleurs.


Comments RSS TrackBack Identifier URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

  • FACEBOOK