Mon déjeuner avec Henri Tisot

C'était un conteur hors pair et une belle âme. Il s'est éteint vendredi dernier, à l'âge de 74 ans.

 

Il y a une quinzaine d’années, une éditrice m’avait donné les coordonnées d’Henri Tisot, le célèbre imitateur du général de Gaulle, afin de collaborer avec lui à un ouvrage qu’il envisageait d’écrire.

Après un premier échange téléphonique, il m’avait reçu à déjeuner, dans son appartement parisien, rue de Courcelles. J’avais alors été frappé par la bruyante volière installée dans la salle à manger, qui rendait difficile toute conversation suivie – il y avait des dizaines d’oiseaux qui piaillaient à vous donner la migraine. Sa mère était présente avec nous à table, et son tempérament strict contrastait avec la fantaisie joyeuse de son fils.

Dans son bureau, après le déjeuner, il m’avait parlé de Dieu, de sa passion pur les textes sacrés du judaïsme. Il m’avait ensuite invité à un spectacle, et j’avais été conquis par ses qualités humaines et son extraordinaire talent de conteur.

Le livre ne s’est pas fait, mais il en a écrit d’autres, sans moi. Je l’ai recroisé par hasard il y a a quatre ans, et Henri Tisot m’avait confié combien la mort de sa mère le désespérait. Cet homme à l’âme d’enfant avait sombré dans une gravité qui le minait. Il vient de rejoindre sa chère maman,  à  74 ans. Mais ceux qui ont semé des étoiles d’amour ne s’éteignent jamais vraiment.

Laisser un commentaire

Aucun commentaire pour l’instant.

Comments RSS TrackBack Identifier URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

  • FACEBOOK