Marie-France Pisier, inoubliable Charlotte Brontë

Elle devait se rendre au festival de Cannes dans les prochains jours. Elle a rejoint les étoiles, les vraies.

Elle était la classe, l’élégance, la distinction. Une diction parfaite, une beauté aristocratique et pourtant simple. Elle disparaît trop tôt, à l’âge de 66 ans. Au cinéma, elle était l’idéal féminin selon Antoine Doinel. Elle me laisse l’ineffable souvenir d’avoir incarné Charlotte Brontë, l’auteur de Jane Eyre,amoureuse écorchée vive, dans Les soeurs Brontë, le film injustement boudé à sa sortie d’André Téchiné. Dans l’extrait qui suit, elle supplie sa soeur Emily, jouée par Isabelle Adjani, de publier des poèmes qu’elle a découverts par hasard et qui l’ont bouleversée. Pour avoir lu ce qui était secret, elle doit affronter la colère de celle qui se sent trahie. Comme toujours, Marie-France Pisier est lumineuse et juste.

Advertisements

3 commentaires

  1. Chelou, sa disparition…

  2. Le cinéma n’est vraiment pas à la fête, en cette première moitié d’année 2011 : coup sur coup, l’irremplaçable et magnifique Annie Girardot puis elle…


Comments RSS TrackBack Identifier URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

  • FACEBOOK