A propos des paroles de l’album « Bleu Noir »…

 

Ne pas se fier aux apparences : les textes les plus simplistes peuvent déclencher les plus grandes émotions...

 

Même si l’album Bleu Noir cartonne, certains fans déplorent des textes de chansons moins élaborés que dans les précédents opus. En fait, il est vrai que Mylène semble avoir moins « travaillé » les paroles cette fois-ci. Pas de petit bijou émaillé de jeux de mots à la Gainsbourg du niveau de Pourvu qu’elles soient douces ou California, pas de lyrisme romantique dans la veine de Ainsi soit-je ou Point de suture…  

Mais l’essentiel n’est-il pas l’émotion ? De ce point de vue, une chanson comme M’effondre, au texte très laconique, ne procure-t-elle pas autant la chair de poule que Je n’ai pas le temps de vivre, qui en est la version plus littéraire de l’album Innamoramento ?  Sur Bleu Noir, Mylène nous laisse partager ce vide ressenti après la ferveur de la scène, un vide qui se dit en peu de mots, une lassitude qui ne prend même pas la peine de former des phrases complètes. On dirait les paroles d’une malade qui économise ses forces, n’arrive pas à dire « Le vent fait la sourde oreille » (« Le vent fait sourde oreille », in Diabolique mon ange) ou encore « Moi ce que je veux c’est aimer » (Moi je veux c’est aimer, in Moi je veux). Ce dont il faut se féliciter, c’est que Mylène ne se soit pas répétée dans la forme : elle a inventé une nouvelle manière d’exprimer ses émotions, plus brute, plus elliptique, quasi télégraphique par moments. C’est bien la preuve qu’elle est une authentique artiste.

En outre, l’album recèle de belles surprises, exhalant ça et là un parfum de mystère. Ainsi, je reste intrigué par N’aie plus d’amertume, ne sachant pas à qui le message s’adresse, ou par Inséparables, une chanson qui se révèle, sur la distance, plus profonde qu’elle n’y paraissait. Bref, même si les textes semblent moins « travaillés » que ceux de l’album Point de suture, le souffle qu’ils déclenchent dans l’âme est indéniablement plus puissant…

Qu’en pensez-vous ?

Publicités

9 commentaires

  1. Album écrit plus rapidement que Point de Suture, ce qui peut être une explication pour les paroles dépouillées !
    D’autant qu’en 2009-10 l’agenda de Mylène était pas mal rempli entre chansons à écrire, collaborateurs à joindre/rencontrer (moby, archive, redone), son 5eme live à sortir et à superviser, duos Line Renaud/ Ben Harper … et prendre du temps pour elle et ceux qu’elle aime !

    Alors faute d’écrire en texto un texte comme L.N.H.O de Michel Polnareff pour « Kama-Sutra » sorti en 1991alors façon décrire novatrice (prés de 10 ans avant l’apparition du SMS) elle écrit autrement, à défaut d’avoir de nouveau thèmes à évoquer !

  2. Une question pour vous:

    Vous écoutez souvent du Mylène ? A quelle fréquence ?

    • Ce qui est terrible, c’est qu’il y a des périodes où j’écoute Mylène tous les jours. Comme si ses chansons répondaient à un besoin réel. Ce peut être une chanson ou deux, mais deux jours sans Mylène, je ressens un manque. Et vous ?

      • Jusqu’à vendredi dernier j’écoutais Mylène tous les jours ^^

        Maintenant, de retour conquis d’un concert découverte de véronique sanson, je commence à entrer en contact avec ses univers musicaux et là aussi il y’a à faire … en attendant du nouveau du coté de Mylène !

        Mylène découverte sur le tard en 2007 mais retard rattrapé depuis…à l’excès même peut être !
        Ce qui est sûr c’est que, Mylène ou pas, un jour sans musique est un jour perdu pour moi !

      • Je comprends. Et c’est vrai que Véronique Sanson a également un univers très personnel.

  3. C’est vrai qu’on est pas mal dans la redite… Trop, même! Ah… à quand l’instant X? Oups! Enfin plutôt un « Anamorphosée 2 »???

  4. C’est vrai qu’on est pas mal dans la redite… Trop, même! Ah… à quand l’instant X? Oups! Enfin plutôt à quand un « Anamorphosée 2 »???

  5. J’aime beaucoup Mylène Et Véronique ! Pour moi, même si leurs univers peuvent paraître diamétralement opposés, il me semble qu’elles ont un point commun ; Elles apparaissent comme étant toujours sur la corde raide, au bord du vide… comme si l’enjeu était vital, moi c’est ce qui m’embarque !


Comments RSS TrackBack Identifier URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s