Le blog Cultura aime « Je reviens bientôt »

Une jolie surprise ce matin : une journaliste du blog Cultura signe une chronique sur mon nouveau livre, que je vous laisse découvrir…

 

Je reviens bientôt – Hugues Royer

Déposé par Veronique B dans 14 janvier 2011 – 8 h 00 minLaisser un commentaire

Difficile de relater un tel récit, même si on l’a trouvé beau, sensible, bien écrit, tendre… La mort est toujours un sujet tabou dans notre société, c’est pourquoi j’ai envie de vous parler de ce livre. Je l’ai reçu hier, et n’en ai fait qu’une bouchée ce matin. Oui bien sûr, il a réveillé en moi des souvenirs rangés de côté, car chacun d’entre nous a approché la mort, a perdu quelqu’un de cher, a souffert à ce moment-là. Tout comme l’auteur, chacun a supporté, aidé à sa façon, du mieux qu’il a pu. C’est ce que nous raconte Hugues Royer. Les derniers mois de la vie de son père, l’homme qu’il a été, la douleur de sa famille, les concessions qu’il à faites pour être auprès de lui le plus souvent possible, parfois au détriment de sa propre famille, ses deux jumelles de quatre ans qui le réclamaient, la fatigue, la douleur, la course contre le temps.

Au moment ou l’auteur apprend que son père a un cancer du pancréas, il se met à écrire, comme une thérapie, un soutien, un renfort. Au fur et à mesure que la maladie progresse, les raisons d’écrire changent . “Il y a quelques mois, j’écrivais avec l’espoir de le sauver. Désormais, j’ai revu mon ambition à la baisse. Je me dis que tant que mon récit n’est pas achevé, il ne peut pas mourir. J’avance vite, mon père m’inspire. J’écris parce qu’il respire encore. Si son cœur cessait de battre, je crois que plus aucun mot ne pourrait sortir. Mon père et moi, on se serre les coudes : il m’aide à écrire et moi je l’aide à vivre. Les liens se resserrent entre le père et le fils, et s’inversent. J’ai compris que mon nouveau rôle, c’était exactement ça, l’aider à « monter », à traverser sa peur de mourir, à prendre de la hauteur. Fini, le discours de guerre contre la maladie. Ce combat-là était perdu d’avance. Le seul défi, désormais, c’était qu’il fasse la paix avec lui-même. Qu’il parte soulagé.”

En lisant ce récit, j’ai partagé la douleur de l’auteur, j’étais avec lui, nous étions proches.

Advertisements

2 commentaires

  1. Bonjour Hugues !
    J’ai perdu mon Papa le 6 octobre dernier, j’ai « dévoré » votre livre, l’ai mouillé de mes larmes d’émotion… j’ai revécu l’agonie de mon Père, j’ai de nouveau ressenti les émotions venues à ces moments là ! Quel courage d’avoir écit ce livre je suis admirative, d’autant que j’avais écrit un « embryon » de livre, « embryon » que j’ai laissé « mort né » (ces mots ne sont pas, j’imagine anodins !). Je me suis même permise d’anoter votre oeuvre afin de me  » l’approprier ». Merci… merci pour ce cadeau, c’est pour moi un « excutoire » qui me permet de m’aider à faire mon Deuil ! J’aimerais en parler avec vous et développer plus en avant mes émotions à la lecture de votre livre. Peut être à bientôt ! Je vous souhaite bon courage pour le chemin que vous et moi sommes en train de faire et que la majeure partie des gens a eu ou aura à faire… Très sincèrement et très cordialement, Isabelle. PS : Bien sûr, je recommande la lecture de ce beau livre à chacune ou chacun, d’entre nous de …. 25 à 125 ans? BRAVO !!!

    • Merci de votre commentaire. Je suis heureux si mon livre peut vous apporter quelque aide. Je pense bien à vous. A bientôt, peut-être…


Comments RSS TrackBack Identifier URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

  • FACEBOOK