« Le Soir » aime la bio de Cabrel

Le quotidien belge consacre un article élogieux au livre sur le chanteur

Cabrel : la bio événement

© RE

© RE

Dans la biographie qu’il consacre à Francis Cabrel, Hugues Royer dresse un portrait inattendu du chanteur.SERGE BRESSAN

 


Ce 23 novembre, en sa maison d’Astaffort (Lot-et-Garrone), Francis Cabrel fêtera discrètement son 57e anniversaire. Mais une petite phrase prononcée par sa sœur Martine et rapportée dans “Cabrel, biographie”, le nouveau livre d’Hugues Royer, fait ces temps-ci débat : « Sincèrement, je crois qu’il va continuer à écrire et à chanter. Mais enregistrer un autre album, je ne crois pas. Sa dernière tournée était tellement magique. C’était, à mon sens, son plus beau spectacle. Je crois qu’il va en rester là… » Alors, la question est posée : Francis Cabrel, onze albums entre 1977 (“Les Murs de poussière”) et 2008 (“Des roses et des orties”), a-t-il pris sa retraite ? Sinon, va-t-il la prendre à 60 ans ? Hugues Royer : « Il est à un âge où on ne veut pas faire le combat de trop, et on le comprend. Il se voit mal sur scène à 80 ans chanter “Je l’aime à mourir”. Il veut à tout prix éviter d’être pathétique… » Mais l’auteur de cette biographie précise : « Ce n’est pas la première fois qu’il évoque un possible retrait. Déjà après l’album “Sarbacane”, en 1989. » Ami de longue date, Michel Drucker confie à Hugues Royer : « À la limite, si un jour il décidait d’arrêter parce qu’il a le sentiment d’avoir tout dit, sur les onze albums qu’il a publiés, il y a suffisamment de chefs-d’œuvre pour qu’il ait la conscience tranquille. Dans le répertoire de Cabrel, il y a quinze chansons incontournables, d’un très haut niveau ». Un autre animateur radio télé, Laurent Boyer (RTL et M6), explique : « Honnêtement, je ne le vois pas s’arrêter. C’est comme une source qui ne se tarit pas. Puisqu’il se donne le temps de transformer en chansons les émotions multiples qui le traversent, il n’y a aucune raison qu’il s’arrête ». La question est posée… La réponse flotte… Et si Cabrel était déjà à la retraite ? Hugues Royer : « Cette question, il se la pose depuis longtemps. Il y a chez lui comme une paresse, une lenteur… Écrire et composer un album, ça lui demande un effort énorme. Un effort surhumain. Tout comme partir en tournée, s’éloigner longtemps de sa famille, se soumettre à l’exercice de la promo et du service après-vente. Et puis, il n’a pas grand-chose dans ses tiroirs. Tout juste quelques chansons dont une qu’il n’a pas mise sur son album “Des roses et des orties”, paru en 2008. Une chanson sur son propre enterrement… » Pour son livre, Hugues Royer a fait le voyage à Astaffort, là où vit Francis Cabrel. Il y a rencontré des membres de la famille du chanteur, des amis, le maire du village. Il avait demandé à Cabrel de le recevoir : il a refusé, se justifiant en disant qu’il ne donnait pas d’interview spécifique à l’écriture d’une biographie. « Il m’a signalé qu’il avait donné beaucoup d’entretiens à la presse lors de la sortie de ses albums. Et puis, il y a aussi les textes de ses chansons. Comme je voulais comprendre quel homme il est, j’ai emprunté des chemins de traverse, des routes détou nées », dit encore l’auteur de “Cabrel, biographie”.

 

L’homme solitaire, totalement ordinaire

Cabrel a choisi de vivre là où il a grandi. A taffort, village du Lot-et-Garonne, à moins de 20 kilomètres de la “capitale” locale, Agen. Un homme qui, au début de sa carrière, a vécu ses dix années en banlieue parisienne puis à Paris comme un exil. Un homme qui entretient un rapport paradoxal avec la solitude, comme l’indiquait Pascale Spizzo dans son livre “Francis Cabrel. Trente ans de chansons en 2007” : la solitude « entraîne chez lui des réactions opposées. Tantôt il la recherche, tantôt il essaie – la plupart du temps vainement – de la vaincre. Il faut en fait préciser les termes. Cabrel ne recherche pas la solitude, il rejette le collectif. Ce qu’il reproche à la masse, c’est précisément son uniformité… » Et Martine, la sœur aimée, celle qui dans les premières années 1970 participait aux mêmes concours de chanson que Francis, de proposer à Hugues Royer un décryptage de son chanteur de frère : « Gainsbourg, c’est un personnage. Brel aussi. Mais Cabrel, ce n’est pas un personnage. En dehors de cette carrière extraordinaire, c’est que qu’un de totalement ordinaire. » Un personnage qui est quasiment hanté par le temps qui passe. Par l’âge. Encore Hugues Royer : « Dans quelques jours, il va fêter son 57e anniversaire. 57 ans, c’est l’âge auquel son père est mort… » L’âge, encore et toujours… En 2008, lors d’une rencontre pour évoquer son nouvel album “Des roses et des orties”, il nous confiait : « C’est la première fois de ma vie qu’il y a un président de la République plus jeune que moi… » Aujourd’hui, célèbre et richissime, « il est chef de clan mais pas leader », raconte Hugues Royer. « Il a racheté la maison où vivaient ses parents, où vit toujours sa maman. Il est très proche d’elle, d’ailleurs. Il l’appelle tous les jours. Et sa sœur dit qu’il apprécie être entouré de femmes. »

Il vit avec sa femme et ses filles

Au quotidien, il y a Mariette sa femme, Aurélie, Manon et Thiu, ses filles. Précision apportée par l’auteur de “Cabrel, biographie” : « À travers la chanson “Petite Marie”, on pourrait croire que Mariette est une personne douce, effacée. Ce n’est pas le cas. Elle a un caractère très fort, elle est très organisée. C’est elle qui gère tout à la maison ! » Se promenant dans Astaffort, parlant avec des habitants et aussi le maire de ce village du Lot-et-Garonne, Hugues Royer a mieux compris qui est Francis Cabrel. « Il est né dans une famille modeste. Il n’y avait pas d’argent chez les Cabrel. Ils faisaient les fruits et légumes dans leur jardin, et tout en élevant ses trois enfants, la maman allait travailler à la cafétéria… Francis Cabrel, c’est une réussite extraordinaire. Il a aujourd’hui des revenus considérables, mais il a toujours le complexe de l’argent… C’est aussi une des raisons pour lesquelles le public l’apprécie : il est resté fidèle à ses valeurs. »

Richissime mais discret

Question : que fait-il donc de son argent, lui qui, pour un album francophone, détient le record de ventes – plus de 3,5 millions d’exemplaires avec “Samedi soir sur la Terre” (plus que Mylène Farmer, Céline Dion ou encore Johnny Hallyday !) ? « Oui, il est richissime, explique Hugues Royer. Et pourtant, derrière sa propriété, lui, il ne cache pas un terrain de tennis ! Chez Cabrel, il n’y a aucun signe extérieur de richesse. Il a sa maison à Astaffort, une résidence secondaire au Pays basque à Hossegor, un appartement dans les Alpes et sa femme a un magasin de décoration à Agen… Son seul luxe : une collection de guitares, avec des spécimens rares donc très chers ! Mais surtout, il est très généreux. Ainsi, il a financé pour moitié la rénovation de l’ancienne école qu’on appelle la “Cabrel Academy”, ou encore la création d’une salle de spectacles de 700 places. En 2009, il a organisé un concert et laissé la totalité de la recette (près de 100.000 euros) au profit des sinistrés de la tempête Klaus au Pays basque… Un aveu “cabrelien” : « J’ai eu déjà tellement plus que je n’osais en rêver lorsque j’avais 17 ans. Le temps qu’il me reste dans ma carrière ne sera donc que du plaisir, débarrassé des angoisses attenantes aux résultats commerciaux, aux signes de reconnaissance, aux places de palmarès ». Une autre confidence : « Ce n’est pas très modeste, mais j’aimerais que mes chansons durent, vieillissent, qu’elles résistent et existent, même après moi… » La retraite. Et si Francis Cabrel voulait vivre une autre vie, une deuxième vie après celle de chanteur ? Hugues Royer : « Mais il l’a déjà, cette autre vie ! Il est déjà dans une forme de reconversion. Il est très heureux à Astaffort. Le matin, il emmène sa fille à l’école, il va voir ses vignes – une exploitation qui ne produit pas moins de 35.000 bouteilles par an… Il a les Rencontres d’Astaffort qu’il organise deux fois par an… Il est occupé. Très occupé. Et il vit un quotidien assez doux et sympath que. Il est difficile de sortir de cette vie-là ! »

 
Publicités

Laisser un commentaire

Aucun commentaire pour l’instant.

Comments RSS TrackBack Identifier URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s