Zoom sur l’album de Zazie

 

 

Elle voulait faire un album différent, mais finalement on la retrouve, fidèle à ses thèmes, avec cette voix sur le fil qui déchire l’âme. On retrouve aussi ce qui agace chez elle, ses thématiques faciles et consensuelles, comme dans « L’Amour Dollar » ou même « Etre et Avoir », ce côté donneuse de leçons qui m’irrite un peu. Quand elle quitte les généralités, elle touche davantage . Ainsi, « Les Pieds nus », autoportrait d’une femme qui danse sur sa misère, s’impose avec une simplicité proche de l’évidence. La sincérité affleure également dans « Chanson d’amour » où, sans agressivité, elle fustige ceux qui, au plus fort de la crise économique, ont tout fait pour « Sauver les banques / Pas les gens ». 

Elle fait mouche, également, quand l’humour l’emporte sur l’esprit de sérieux. C’est le cas avec le joli « Pas que beau », où la chanteuse multiplie les jeux de mots dans lesquels elle a toujours excellé – parfois jusqu’à l’overdose. Le duo avec son compagnon, Philippe Paradis, collaborateur inspiré du projet, est un clin d’oeil décalé à souhait : il met en scène deux partenaires qui ne sont franchement pas sur la même longueur d’onde.

Mais, surtout, je la préfère en observatrice subtile des vibrations du coeur. De ce point de vue, « Polygame » est sans doute le titre le plus réussi de l’album. Avec une vraie maturité, l’artiste semble avoir fait le deuil du grand amour  – « Le coeur est polygame / Fidèle au changement. » « C’est pas la faute des océans / Si les hommes plongent leurs rêves dedans », écrit-elle encore dans « La Place  du Vide », un magnifique duo avec Aaron. On ne pourra également que craquer en découvrant « Tout va bien », un autre duo sur la douleur de la séparation, où elle fait chanter sa fille des notes difficiles – Lola est sacrément douée ! 

Ce qui rend l’album agréable, c’est le côté « chansons faites à la maison », le côté « on fait de la musique comme on respire ». Il y a une évidence, rien n’est forcé, on sent l’amour de la musique et des êtres davantage que celui des machines à produire le son. Ce côté artisanal séduit dès la première écoute. Il faut aussi saluer le projet ambitieux et totalement dingue d’une artiste vraiment à part dans la chanson française.

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Aucun commentaire pour l’instant.

Comments RSS TrackBack Identifier URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s