Houellebecq a-t-il plagié Wikipedia ?

 

Polémique ! Certains passages de "La carte et le territoire" semblent directement empruntés à la célèbre 'encyclopédie en ligne...

 

Faut-il brûler Michel Houellebecq parce qu’il aurait « emprunté » quasiment in extenso certaines phrases de l’encyclopédie en ligne Wikipédia dans son dernier roman, « La carte et le territoire » ? Les faits semblent irréfutables au moins à trois reprises, lorsque l’auteur décrit les caractéristiques de  la mouche domestique, lorsqu’il dépeint la ville de Beauvais ou qu’il dresse le portrait de Frédéric Nihous. 

Ce n’est pas la première fois que la matière constituant les romans de Houellebecq est inspirée de diverses sources externes. Dans « Plateforme », certaines descriptions de sites géographiques semblaient assez directement puisées dans des guides touristiques. Faut-il pour autant instruire un procès pour plagiat ? Non, d’abord parce que les auteurs des notices Wikipedia sont anonymes. Et, surtout, parce que la vocation d’un romancier, c’est précisément d’organiser cette matière pour en faire un tout cohérent. Bref, les quelques phrases incriminées ne sont que de simples ingrédients dans la composition d’une recette par définition singulière.

D’ailleurs, la meilleure réponse aux détracteurs de Houellebecq est déjà contenue dans son roman où, rappelons-le, l’écrivain se met lui-même en scène, expliquant comment un livre peut surgir du néant. Page 254, il est écrit : « On peut toujours, lui avait dit Houellebecq lorsqu’il avait évoqué sa carrière romanesque, prendre des notes, essayer d’aligner des phrases ; mais pour se lancer dans l’écriture d’un roman il faut attendre que tout cela devienne compact, irréfutable, il faut attendre l’apparition d’un authentique noyau de nécessité. On ne décide jamais de l’écriture d’un livre, avait-il ajouté ; un livre, selon lui, c’était comme un bloc de béton qui se décide à prendre, et les possibilités d’action et l’auteur se limitaient au fait d’être là, et d’attendre, dans une inaction angoissante, que le processus démarre de lui-même. »

C’est ce « processus » qui fait le romancier. Tout le reste n’est que littérature…

Publicités

Laisser un commentaire

Aucun commentaire pour l’instant.

Comments RSS TrackBack Identifier URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s