Alain Corneau ne filmera plus…

 

Le réalisateur de "Série noire" et de "Tous les matins du monde" vient de décéder, à 67 ans.

 

Il y a deux jours, je suis allé voir « Crime d’amour », son nouveau film, avec un pincement au coeur. On venait de m’assurer que le cinéaste était très malade. De fait, lorsque le film est sorti, le 18 août dernier, Alain Corneau avait été hospitalisé deux semaines plus tôt, victime d’une grave rechute de ce qui semble être un cancer. Pourtant, depuis son lit, il suivait autant que possible le parcours de ce film dont il savait que ce serait le dernier. Il nous a quittés dans la nuit de dimanche à lundi, à 67 ans.

 Alain Corneau a connu la reconnaissance du public et celle de ses pairs. Si son chef d’oeuvre reste sans doute « Série noire » (il aura excellé dans le polar), son plus grand succès restera « Tous les matins du monde », un hommage rendu par ce fou de jazz à la musique baroque. Mais on doit aussi au réalisateur « Nocturne indien » ou « Stupeur et tremblements », deux dépaysements radicaux, en Inde puis au Japon, où il est question d’identité. Ne faut-il pas d’abord se perdre pour espérer se trouver ? Alain Corneau pose cette question avec une bouleversante acuité.

Publicités

Laisser un commentaire

Aucun commentaire pour l’instant.

Comments RSS TrackBack Identifier URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s